Testeur goûteur au salon agricole de Paris

img_20170301_171531_544

Article RL 5/3/2017

J’ lui trouve un goût de pomme… Y’en a ! » Difficile même de passer à côté. Spécialiste des eaux-de-vie, Antoine Barranco a délaissé cette année les alcools pour se passionner de jus de pomme ! L’Hayangeois était, la semaine dernière, au Salon de l’agriculture à Paris, membre du jury du concours agricole 2017.

Ce concours « permet de distinguer les meilleurs produits du moment dans vingt-trois catégories et deux grandes familles : les vins et les autres produits du terroir », explique-t-il. Distillateur et juré officiel pour les eaux-de-vie depuis 1982, Antoine a voulu rejoindre cette année la table des amateurs de jus de pomme. Cette nouvelle expérience étant une bonne manière d’affûter son palais et d’amener de précieux conseils à son fils, Nicolas, qui a repris la distillerie familiale à Hayange-Marspich et vient de se lancer également dans la production de jus de fruit.

20170228_111350

L’œil, le nez, la bouche

Pour attribuer les médailles du concours général, le jury est composé de professionnels de la filière, de producteurs, de représentants des métiers de bouche mais aussi de consommateurs avertis.

À sa table, Antoine était ainsi entouré, par exemple, d’un étudiant en lycée agricole ou d’un producteur Auvergnat. « Nous attribuons d’abord des notes pour classer les échantillons selon l’aspect, l’arôme et le goût, puis nous discutons l’attribution d’une éventuelle médaille d’or, d’argent ou de bronze, témoigne le juré. Tout se fait sous contrôle d’huissier, les bouteilles sont numérotées et ne sont pas reconnaissables. »

Comme pour un grand vin, le jus de pommes, « dégusté dans un verre tulipe pour en apprécier la robe », doit séduire « l’œil, le nez et la bouche ». À l’œil, l’aspect d’un jus de qualité peu aller du jaune clair au marron foncé. « Les consommateurs préfèrent souvent un jus limpide, mais les vrais connaisseurs apprécient un peu de dépôt qui peut apporter de l’intensité au goût. » Le nez, lui, doit retrouver tout le parfum du fruit. Enfin, intensité et longueur en bouche sont primordiales. « Un autre critère important est l’équilibre entre acidité et sucre. » De quoi amener des discussions animées parmi des jurés.

« Au final nous avons décerné deux médailles d’argent », raconte Antoine qui apprécie surtout l’aspect convivial des échanges. « Les discussions se poursuivent ensuite toujours sur les méthodes de production, les conseils de dégustations, … » Autant de bonnes idées qu’il entend souffler à Nicolas qui pourrait bien ainsi, l’année prochaine, engager son jus de pomme hayangeois dans la compétition.

20170228_094610
Publicités

Des truffes en Lorraine?

Au détour d’un marché du terroir nous avons eu la chance de rencontrer un des rares trufficulteurs de Moselle, monsieur Denis L’Huillier. A quelques semaine des fêtes on se dit que la truffe sera peut être au menu alors pourquoi pas une truffe de Moselle? 

dsc_0108

C.à.J: Monsieur L’Huilier quand et comment vous êtes vous passionné pour la truffe?

D.H: J’ai découvert la truffe il y a 5 ans maintenant pendant une conférence. Ce produit d’exception m’a tout de suite passionné!

C.à.J: La région la plus connue pour la truffe est le Périgord, ce champignon peut il se développer en Lorraine?

D.H: La truffe nécessite un sol calcaire comme celui qu’on retrouve sur les côte de Moselle. Il faut alors planter des arbres mycorhizés (faire coloniser les racines de l’arbre par le champignon de la truffe.), les variétés utilisées sont le noisetier, le chêne, le bouleau, le charme.

truffiere

Une truffière bien entretenue

C.à.J: Combien de truffes peut on récolter avec un seul arbre?

D.H: Il est compliqué d’estimer une production avec un arbre, on peut considérer qu’un hectare d’arbres truffiers peut produire 20kg de truffe à condition que le terrain ainsi que les arbres (taille des branches et raçines) soient entretenus comme il se doit.

C.à.J: Lorsqu’on se promène dans la forêt peut on tomber par hasard sur des truffes?

D.H: Il existe en effet des truffes sauvages mais elles sont difficiles à trouver et il est nécessaire pour cela d’avoir un chien dressé à la recherche de ces champignons. Nous avons acheté un cocker dressé spécialement pour détecter toute odeur de truffe il est très efficace et c’est un super animal de compagnie.

C.à.J: Pouvez vous nous livrer une de vos recette à base de truffe?

D.H:  Une simple omelette aromatisée à la truffe peut se transformer en un plat exceptionnel! Pour profiter de tous les arômes de la truffe il est essentiel de la travailler avec un corps gras afin que les arômes s’incorporent plus facilement au plat cuisiné.

267736-1

C.à.J: Où pouvons nous trouver des truffes de Moselle?

D.H: Nous avons créer une association regroupant les trufficulteurs de Moselle en 2010, un site internet est en cours de réalisation. Vous pouvez retrouver les trufficulteurs sur les différents marchés de la truffe organisés en Moselle.

Pour toute information complémentaire n’hésitez pas à nous contacter à notre domaine viticole « le domaine des Hattes » à Marange Silvange 03 87 35 72 90 nous en profiterons pour vous faire déguster nos vins AOC de Moselle.

 

 

 

 

 

Le cocktail de la rentrée!

Les vacances sont finies mais ce n’est pas pour autant qu’il faut oublier les apéros! Voici une recette de cocktail à base de jus de pomme. A consommer avec modération !

Ingrédients pour 1 personne:

4 cl de whisky (bourbon, whiskey)

1 cube de sucre roux (cassonade)

1 quart de citrons verts

8 cl de jus de pommes de la Cabane à jus (ça marche avec les autres mais c’est moins             bon…lol)

Directement dans le verre:

1.Pressez le jus d’un quart de citron vert sur le morceau de sucre dans le verre et écrasez-le à l’aide d’un pilon.

2.Ajoutez des glaçons, versez le whisky, ajoutez un long zeste de citron vert.

3.Complétez avec le jus de pomme.

4.Mélangez et servez avec une paille.

Astuce: Ajoutez un morceau de gingembre.

bourbon-apple-cider-cocktailfg

Bien préparer son tonneau de mirabelle

Les mirabelles sont à point! Place aux tartes, confitures… et pourquoi ne pas vous lancer dans la production d’eau de vie? Voici comment procéder pour bien préparer votre tonneau de mirabelle.

Cueillette mirabelle 2

Bien préparer son tonneau de mirabelle:

  • Sélectionner des mirabelles bien mûres et enlever queues,tiges et feuilles.(les mirabelles vertes ont un taux de sucre très faible et ne donneront pas d’alcool.
MIRABELLE MURE

La maturité des fruits est très importante.

  • Laver votre fût et vérifier que celui-ci peut se fermer hermétiquement.
  • Verser les fruits dans le tonneau et les écraser sans endommager le noyau.
  • Une fois votre fût plein à 85% (lors de la fermentation le volume va augmenter) laisser reposer la matière dans un endroit où la température est comprise entre 16° et 20° (avec une température trop faible il n’y aura pas de fermentation avec une température trop haute la fermentation sera trop rapide et de mauvais arômes risquent de se développer).Pendant ce temps de repos laisser simplement le couvercle posé sur le tonneau et ne le fermez pas.
  • La fermentation va durer 25 jours environ. Comment constater que celle-ci est en cours ou terminée? Lors de la fermentation vous pouvez entendre un léger crépitement à la surface des fruits de plus si vous fermez votre tonneau celui-ci va se mettre à gonfler.
  • Au bout de 25 jours fermez hermétiquement votre fût. Si celui-ci gonfle il faut le ré-ouvrir pour finir la fermentation dans le cas contraire vous pouvez le laisser fermé.
  • A partir de début octobre prenez RDV 06 99 65 74 54 et nous distillerons vos fruits dans le respect de la tradition Lorraine. Nous nous chargeons de toutes les démarches administratives et nous pouvons même venir récupérer les fûts chez vous. 

Alambic redim

Nous commercialisons également une large gamme d’eaux de vie produite par nos soins.

eau de vie redimDistillerie_Logo_HD_CMJNm

A la rencontre d’un village en transition

En ce début juillet La Cabane à jus a eu la chance d’être invitée par les associations EVE, Perma3F et l’AMAP terre citadine à la visite d’Ungersheim, un village alsacien en transition écologique.

Ungersheim est un village alsacien de 2200 habitants marqué par un passé minier important (extraction de Potasse). Les mines ont fermé et la commune mène depuis les années 90 une politique de transition visant à allier développement local et durable, recherche d’une autonomie alimentaire et énergétique ainsi que démocratie participative. Cela se traduit par un programme intitulé « 21 actions pour le 21 ème siècle » que M le maire Jean Claude Mensch a tenté nous faire découvrir.

jardin redim

Parmi les moments phares de cette visite l’exploitation maraîchère bio et sa ferme de transformation a retenu notre intérêt. Gérée par une association de réinsertion qui emploie 38 personnes, l’exploitation permet de livrer 400 paniers de légumes bio par semaine et confectionne 500 repas bio par jour pour plusieurs écoles.FERME REDIM

La ferme a quant à elle été construite sur un ancien carreau minier à l’aide de matériaux écoresponsables et grâce à un chantier écocitoyen. Cette ferme permet de stocker les légumes de la ferme et accueille également une conserverie qui permettra à terme de fournir l‘épicerie du village en conserves bios réalisées localement.

CONSERVERIE REDIMCONSERVE REDIMLa volonté d’autonomie énergétique s’est traduite par la construction d’une chaufferie bois permettant de chauffer l’ensemble des bâtiments municipaux mais aussi par la construction de la plus grande centrale solaire d’Alsace (HELIO PARC 68) permettant de répondre à la consommation de 10 000 personnes.

centrale solaire

Du côté du logement la commune a favorisé la création d’un éco hameau entièrement passif d’un point de vue énergétique. Les habitants ont été choisi afin de favoriser la mixité sociale et le lien intergénérationnel (retraités,actifs,familles…)

Eco hameau

La création d’une monnaie locale complémentaire, « Le radis », permet de favoriser les échanges locaux,  créer du lien social au sein de la commune et faire émerger une consommation raisonnée.

image

Nous vous avons présenté quelques unes des 21 actions du village en transition, les autres se trouvent sur le site :

http://www.mairie-ungersheim.fr/village-en-transition/les-21-actions/

N’hésitez pas à aller visiter cette page qui vous décrira d’avantage les 21 mesures. Nous espérons que la présence d’élus durant ce voyage permettra de mettre en place certaines de ces actions en Moselle ou ailleurs. De notre côté nous en avons pris bonne note et tenterons de faire avancer les choses à notre niveau.

C’est en marchant que l’on trouve le chemin…

 

Merci aux organisateurs de cette visite ainsi qu’au maire de Ungersheim pour la visite et le repas bio à la cantine du village.

 

 

 

La permaculture se développe en Moselle

Lors de la saison 2015 de pressage, l’équipe de la Cabane à Jus a pu faire la rencontre de Benoît, un acteur de la permaculture en Moselle nord.

Conscient que nos modes de culture des sols réduisent la biodiversité, polluent l’eau et la terre et mettent la nature en péril, il nous est paru important de présenter et soutenir la démarche de Benoît et ses amis qui viennent de créer une nouvelle assoc° « Permaculture des 3 frontières » à Basse-Ham.

DSC_0274

Interview :

C.A.J : Bonjour Benoît, peux-tu nous expliquer ce qu’est la permaculture ?

Benoît : Il est difficile de résumer la permaculture en quelques mots, mais pour résumer je dirais que c’est une méthode de conception pour créer des lieux où l’homme a sa place tout en étant en harmonie avec la nature. Le lieu (jardin/potager/verger/ville/entreprise) à aménager en permaculture est vu de manière holistique, l’ensemble des interactions est étudié et pris en compte en respectant le vivant.

Prenons l’exemple d’une personne qui entretien un potager. La vision permaculture va envisager la culture de ce potager en tenant compte de la richesse de la terre, en favorisant la diversité de la flore si possible locale plantée dans le potager, en intégrant la biodiversité déjà existante sur le terrain et les différentes espèces de vie animales qui y vivent, en attirant les insectes, oiseaux…à vivre dans le potager. L’objectif étant que cet espace s’autorégule sans que le jardinier ait besoin de retourner la terre ou d’y ajouter des pesticides ou autres produits chimiques.

C.A.J : Peux-tu nous présenter ton parcours dans le monde de la permaculture ?

Benoît : Cela fait quelques temps déjà que je m’intéresse à cette conception naturelle des potagers et vergers. Il y a 3 ans j’ai eu la chance de participer à un cours certifié en permaculture (CCP) dans une ferme-pilote en permaculture de Normandie qui m’a permis de découvrir et expérimenter les principes de la permaculture. C’est à partir de ce moment qu’avec un ami nous avons décidé de créer l’association « Permaculture des 3 frontières ».

Notre association a été crée à la fin d’année 2015 et nous comptons déjà 25 membres.

community-gardens-0171

C.A.J : Quelle est le but de votre association ?

Benoît : notre association a pour objectif de créer un lieu d’échanges autour de la permaculture. Nous sommes en cours de conception d’un espace public à Basse-Ham situé au cœur d’un quartier résidentiel. Il inclura un potager, un verger et un espace ouvert d’expérimentation afin de pouvoir former les personnes intéressées aux principes de la permaculture.

DSC_0083

C.A.J : Avez-vous des projets pour l’année 2016 ?

Benoît : Nous organisons des réunions mensuelles pour débattre ensemble des projets futurs, des initiatives autour de la permaculture et de l’association.

Nous organiserons cette année un évènement novateur dans la région : « la journée du troc ». Une journée basée sur l’échange de graines et plantes locales et le partage de savoir (technique de jardinage, cuisine naturelle, création d’outils, etc.) le dimanche 24 avril.

 

C.A.J : Comment peut-on adhérer à votre association ?

Benoît : L’association est ouverte à tous, curieux de permaculture, passionnés de jardin, sensibles à un retour à la nature. L’adhésion à notre association est en prix libre, en nous écrivant un mail avec vos coordonnées ou en venant à l’une de nos réunions ou ateliers. Il s’agit d’une association participative où toute personne souhaitant partager ses connaissances ou ses besoins en permaculture est le bienvenu. Nous fonctionnons sous forme de groupe de travail afin d’avancer dans nos projets.

Vous pouvez retrouver nos différents RDVs sur notre page facebook « Permaculture Trois Frontières » ou nous contacter à l’adresse   benoit.ries@gmail.com

 

C.A.J : Le mot de la fin ?

Benoît : N’hésitez pas à nous rejoindre vous serez les bienvenus pour partager, apprendre ou débattre sur les sujets propres à la permaculture.

 

Dès cette année nous tenterons de replanter un verger en respectant les principes de la permaculture. Nous vous tiendrons informés des différentes étapes de notre projet afin de vous faire partager nos expériences, nos résultats…

Financer un voyage scolaire avec des pommes, une idée juteuse!

Extrait du Républicain Lorrain du 07/10/2015

ValleroyLa Class 2 Dec a du jus !

07/10/2015 à 05:02 , actualisé le 06/10/2015 à 19:39

L’association Class 2 Dec de Valleroy organise des manifestations afin de récolter des fonds pour financer le voyage de découverte des enfants de CM2. En juillet, l’association s’était chargée de la restauration de la fête nationale. Cette fois-ci, les membres se sont lancés dans la fabrication de jus de pommes.

Ainsi, 1,5 tonne de pommes a été récoltée, principalement chez des amis ou chez les habitants de Valleroy. Un beau geste que les membres de l’association saluent chaleureusement.

Un premier pressage a été fait par La Cabane à Jus à Hayange-Marspich. 391 litres de jus ont été obtenus, tous vendus par la suite très rapidement. Un second pressage a ensuite été effectué.

Grâce à l’aide de tous et même parfois de personnes non-membres de l’association, un bénéfice substantiel devrait être réalisé, permettant de financer le départ de quatre enfants.

À noter également qu’un repas dansant sur le thème de la Lorraine sera organisé le 28 novembre à la salle des fêtes.

Super bon le jus de pommes d'après Anaïs Photo RLSuper bon le jus de pommes d’après Anaïs Photo RL

Les enfants du périscolaire de la Maison Pour Tous de Marspich sont allés visiter la Cabane à jus de Marspich pour une journée découverte du pressoir à pommes. Une visite pédagogique avec la description de toutes les étapes de la fabrication du jus de pommes par Nicolas, de la fabrication du jus de pommes, du nettoyage des pommes à la pasteurisation et enfin la mise en bouteilles. Et en même temps un grand moment de plaisir pour tous ces enfants qui ont pu déguster le jus des pommes pressées qu’ils ont rapporté. « Il est super bon » commente Anaïs qui en redemande un deuxième verre. Devant le succès de ces visites l’idée de financer les projets des écoles, comme les classes de mer, a été émise, les écoliers ramènent les pommes qu’ils ont ramassées. Une fois les pommes pressées les parents d’élèves revendent les bouteilles avec un bénéfice qui servira à financer ce projet.

Une sortie pour le week-end du 18 octobre?

Le dimanche 18 octobre à 10h aura lieu l’inauguration du du cercle nautique de Bass-Ham. Vous pourrez assister à la présentation de ce batiment ainsi qu’à une démonstration de sauvetage aquatique réalisée par la SNSM (Société de sauvetage en mer).

Inaug176